Etats d'Ame  – Béatrice Iseni Medium

Ces peurs qui freinent ton ouverture à l’Invisible

Lorsque tes questionnements ont aussi été les miens. Lorsqu’ils me paraissent universels ou presque, je prends la liberté de te répondre sur le blog plutôt que par mail. Parce que nos interrogations deviennent cadeau lorsqu’elles sont partagées, ainsi que les réponses que nous leur apportons individuellement. Les unes restent bien sûr anonymes, et seul(e) toi qui les as initiées te reconnaîtras. Les autres profitent à tous. Merci à Toi pour ta confiance. Merci à Toi sans qui ce partage n’aurait peut-être pas eu lieu <3

La question

Je ne doute pas d’être entouré(e), pas seulement par mes guides. Je sens bien leur patience et leur amour. Et mon libre arbitre. Ca ne fait aucun doute.

Mais je ne sais pas. Je ne sais pas qui je suis dans le fond, ni pourquoi. J’ai toujours patienté, ressentant à certains moments, que je touchais presque du doigt les réponses à ces questions.

Les gens me font terriblement peur. « Pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font » est une phrase qui résonne beaucoup chez moi. D’une part, parce que je ne sais pas si je pourrais moi-même pardonner. D’autre part, car j’ai peur d’aller trop loin dans mes états « d’inconscience » et « d’aveuglement ».

Et enfin, parce que j’ai eu une période où j’ai pu mettre à l’oeuvre certains « dons » que j’avais, et j’ai été tellement attristé(e) de la manière dont les gens y réagissaient ou ce qu’ils souhaitaient en faire …  Je ne sais pas si j’ai envie de participer à être soit l’agent d’une cupidité, soit l’assurance d’un pouvoir, ou à être regardé(e) avec effroi, envie ou admiration, ou à me charger de participer à la transmutation individuelle et/ou groupale.

Il y a peut-être une autre voie que je ne vois pas tant je suis encore émotionnellement dans ces expériences du passé que je crois aussi karmiques.

Alors oui, tu as sans doute raison en parlant ainsi de la tempérance. C’est une manière d’être de moi à moi, de rester « tiède ». Bien que je sache que ce n’est pas la bonne posture. Et qu’il y a derrière un auto-sabotage très entretenu, au prix du confort et de me sentir en sécurité (j’avais noté « paix » mais non).

La réponse

Les pistes qui suivent ont été miennes, et/ou le sont encore, sur ce chemin que tu décris … et bien sûr n’engagent que moi  😉

Concernant la participation à la transmutation individuelle et/ou collective

Ces capacités, si tu acceptes de les laisser s’activer, sont exclusivement pour ton propre bénéfice, et ne t’engagent certainement pas à une quelconque responsabilité que tu n’aurais pas sollicitée consciemment, volontairement, parce qu’elle te nourrit et te fait vibrer.

En outre, à chaque instant ton libre-arbitre est requis, et tu peux stopper, reculer, refermer, ou simplement faire une pause. Tu es libre. Et tu n’es pas plus engagé(e) envers l’Invisible qu’envers tes congénères. Le seul engagement qui compte, dans un monde comme dans l’autre, c’est celui que tu as envers toi-même, envers tes valeurs, tes besoins, tes envies. Et jamais il n’est figé. 

Ainsi, la conscience que tu en as dans ton incarnation, la façon dont tu co-crées avec lui, t’éclaire sur comment procéder avec l’Invisible, les points de vigilance à surveiller, comme les ressources que tu as déjà acquises.

En fait, tu sais déjà te préserver de ce que tu ne veux pas, ce pour quoi tu ne te sens pas prête, ce qui n’est pas juste pour toi, dans ton quotidien, peut-être même dans ton travail. Tu sais tenir à distance,  mettre des limites, les assouplir ou au contraire les affermir, selon tes besoins. C’est exactement la même chose avec l’Invisible. Tu peux t’appuyer sur les mêmes repères.

Concernant l’égoïsme que l’on peut de ce fait redouter

Celui qui te ferait penser que ce ne serait pas correct vis-à-vis de l’Humanité, de ne pas lui offrir tes capacités, de ne pas te rendre entièrement disponible, de ne pas te mettre à son service exclusif.

Il résulte d’une interprétation erronée des choses, sacrificielle, … et/ou basée sur la peur, dont nous avons héritée. Comme en témoigne le message « Le monde à l’envers, équilibriste entre donner et recevoir » nous fonctionnons à l’envers.

C’est uniquement lorsque tu deviens capable d’accepter de recevoir tout cet Amour gratuitement, sans contrepartie, de remplir ta coupe, qu’elle peut déborder naturellement et sans effort, sans sacrifice, vers les autres. Tu n’as pas à te dépouiller au profit des autres, mais au contraire à t’immerger pour le plus grand bénéfice de tous.

Et ce bénéfice n’est pas de ton ressort. Il se déploie de lui-même, par le débordement de ta coupe d’une part, et par l’aptitude à recevoir de ces autres, d’autre part.

N’oublies pas … nous sommes libres. Et persister dans cette vision erronée des choses serait occulter le fait que chacun est responsable et libre de décider ce qu’il fait de ses propres capacités. Il en va donc de même dans l’Invisible qu’avec ton éventuel syndrome du sauveur dans ta vie de tous les jours 😉

Je te partage en complément la réponse des guides lorsqu’au tout début de mon ouverture je leur ai demandé comment je pouvais leur rendre tout cet Amour :

28 août 2018

Tu n’as pas à rendre quoi que ce soit. Ouvre-toi à lui. Reçois-le, sans résistance, sans conditions, sans chichis. C’est ainsi que tu nous permets d’être de cœur à cœur.

L’humilité et la soumission, l’acceptation de recevoir, sans condition, sans retour, sans contrepartie, c’est cela nous aimer. T’abandonner. Nous laisser cette place. Garder ton cœur ouvert pour que nous puissions rayonner à travers lui.

C’est cela ta place. Rendre le passage possible. C’est tout ce que nous attendons de toi, si tu le désires. De cela nous te sommes reconnaissants. De cela nous sommes comblés. Tu n’as pas à chercher quoi que ce soit d’autre.

Concernant la tiédeur, l’auto-sabotage, pour se sentir en sécurité

En totale cohérence avec les paragraphes précédents, ils sont humains, respectables, indispensables, témoins de ces peurs légitimes, et pour certaines louables (voir paragraphe suivant), révélateurs du souci d’être juste et ancré.

Ils sont donc nécessaires. Sans eux, les écueils seraient plus nombreux, les pièges plus dangereux.

Il n’y a aucune urgence à les dépasser. Personne ne te presse. Tu es aimé(e) sans condition, avec une infinie bienveillance, particulièrement dans ces moments de vulnérabilité. 

Alors pourquoi ne pas commencer à les aimer ? Pourquoi ne pas les laisser te quitter eux-mêmes quand ils auront été suffisamment aimés ?

 

Concernant la peur d’aller trop loin dans les états « d’inconscience » et « d’aveuglement »

La profondeur et/ou l’élévation des états de connexion que tu peux atteindre est exactement proportionnelle à ta capacité d’ancrage. L’un ne va pas sans l’autre. 

Bien sûr, si tu délaisses ton corps, garant de ton ancrage, tu peux dériver vers des contrées qui ne sont pas celles auxquelles tu aspires, ou vers une fuite de ton incarnation. 

D’une part, tu seras rapidement rappelée à l’ordre par ton corps et ta vie, exactement comme ils le font aujourd’hui quand tu les délaisses. D’autre part, tu connais déjà les clés pour te remettre sur les rails. 

Encore une fois, les repères sont identiques à ceux que tu pratiques aujourd’hui pour garder les pieds sur terre, tout en étant capable de t’évader, et de concrétiser tes rêves, quelle qu’en soit l’échelle.

Encore une fois, tu es libre, et tu gardes ton libre-arbitre. Rien ni personne ne peut décider à ta place où et jusqu’où tu veux aller, si tu ne donnes pas ton aval.

Je suis sûre que tu sais déjà que pour qu’il y ait un bourreau, il faut qu’il y ait une victime qui lui ait délégué son pouvoir. C’est pareil dans l’Invisible que dans tes relations avec les autres aujourd’hui.

Concernant ce que les autres en font et/ou la façon dont ils te considèrent

Pour ma part j’ai découvert que ce n’était que le reflet de mes propres peurs ou attentes, conscientes ou non. Il y avait aussi celle d’être dans la démesure, et notamment de l’ego spirituel.

J’ai donc choisi de demander de l’aide à mes guides pour y être attentive, je m’appuies sur certains d’entre eux que je trouve particulièrement inspirants sur le plan de l’humilité, je cultive les valeurs qui me tiennent à coeur, et j’ai constaté que ma peur de ce que les autres allaient faire de ces messages ou de ma capacité à y accéder disparaissait au fur-et-à mesure que je les intégrais à mon quotidien, car cela leur faisait perdre tout ce côté mystique et mystérieux.

Il n’en restent pas moins précieux. Et je n’en suis pas moins reconnaissante pour autant. Mais le fait que j’arrête de les considérer comme extraordinaires a fait disparaître la peur d’être considérée comme telle, dans le bon ou le mauvais sens du terme. Je sais que ça arrivera, mais ce n’est plus mon problème. Je ne me sens plus concernée, et je me sens de ce fait capable de traverser les éventuelles difficultés qui en découleraient.

Le fait que j’arrête de me considérer comme redevable et/ou responsable de ce que je reçois a fait disparaître la peur d’être « ou l’agent d’une cupidité, ou l’assurance d’un pouvoir ». En cela, un autre message des guides m’a beaucoup libérée : « Ma place à vos côtés ».

J’ai choisi aussi de me respecter, donc de respecter mes besoins et envies, condition incontournable pour ne pas fonctionner à l’envers 😉 Cela implique que :

– Ma position sur la responsabilité de chacun soit très claire sur mon site. Là encore un message des guides m’a aidé en complément de celui sur ma place : « Votre Âme et vous ».

– J’ai choisi de ne travailler que par correspondance, et de proposer des délais qui à la fois me respectent, et invitent celui qui désire recevoir un message à se positionner lui aussi clairement, à prendre sa propre responsabilité. Ils éloignent le risque de la demande impulsive, curieuse, et/ou redondante.

– Même chose pour les tarifs.

Concernant qui tu es et pourquoi

Tous les éléments que je te partage ici sont très concrets mais parlent de mon choix. Ils te permettront j’espère d’appréhender la liberté que tu as dans ton choix à toi.

Le mien est peut-être celui qui ménage le moins les peurs dont nous avons parlé, car il me rend visible publiquement et professionnellement. Il peut te conforter dans l’idée que c’est toi qui décide du choix que tu fais, de sa nature, du moment où tu le mets en oeuvre, et de comment tu le fais. 

Les 2 extraits suivants peuvent aussi te conforter dans l’idée que la seule chose qui compte c’est ce dont tu as envie, c’est là où tu te sens bien 🙂

27 avril 2020 : « Message de la terre Mère : l’énergie d’Être et l’énergie de l’envie »

Faites les choses parce qu’elles vous nourrissent et non pas parce que vous cherchez à être nourri du regard des autres. 

On pourrait ajouter « Ne vous empêchez pas de faire les choses qui vous nourrissent par peur du regard des autres » … La peur de ce regard ne pourrait-elle d’ailleurs pas être vue comme la peur de ne pas être nourri par lui ?

27 mars 2020 : « Message du vieil ermite au coeur de la forêt »

Choisis le lieu, choisis l’endroit, choisis le rôle qui te séduis. C’est le seul que tu sois prête à assumer aujourd’hui. Quel qu’il soit, sois certaine qu’il est parfait pour toi, même si tu ne le comprends pas, même s’il te semble savoir ce qui est juste et bon, accepte avec humilité que ce que tu es, et que ce qu’ils sont, est exactement ce qui doit être pour la marche du Monde.

Quel qu’en soit le coût, c’est l’endroit où il faut passer. Parce que le Temps n’existe pas, ou parce qu’il est le seul à pouvoir laisser infuser la Vie dans toute son ampleur.

Un indice ma fille : tu sauras que tu es à ta place, dans ta justesse, à chaque fois que dans ton cœur, tu sentiras la douceur, l’Amour, la Paix, pour tout ce qui est, quoi que ce soit.

Concernant la capacité à pardonner

J’ai été saisie quand tu as cité « Pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font » … c’est LA phrase qui m’apaise et m’aide à retrouver mesure, tempérance et justesse dans ma posture lorsque je suis blessée, la phrase qui m’aide à me tourner à nouveau vers la Source d’Amour pour étancher ma soif, la 1ère phrase que je me suis dite lorsque je me suis trouvée au milieu du bal des « connards » 😉

Voici quelques extraits de messages des guides à ce sujet :

06 août 2018 – L’Amour ne meurt jamais

L’Amour ne meurt jamais. La douleur ressentie par Marie-Madeleine au pied de la Croix était mêlée de colère, elle avait le cœur déchiré, elle aurait pu céder à la haine et le fermer à tout jamais.

Elle savait que l’Amour ne meurt jamais. Que la douleur est une porte, un passage qu’elle a traversé pour que l’Amour aille encore plus loin, soit encore plus grand.

Lorsque prêtresse, j’ai été brûlée avec mon figuier, celui sous lequel j’officiais, j’ai cédé à la haine et j’ai fermé mon cœur. Je n’ai pas emprunté le passage, je me suis arrêtée à la porte, et je l’ai refermée.

Maintenant que je sais que l’Amour ne meurt jamais, que cette douleur était la porte, je peux accepter de l’ouvrir en retrouvant ma médiumnité

08 août 2018 Enseignement sur la haine et la souffrance

Comment as-tu fait pour ne pas retourner tant de haine et de souffrance contre ceux qui t’ont fait du mal ?

Yeshua 

Ça ne sert à rien. La folie ne sert à rien contre la folie. La violence et la haine n’éteignent pas la violence et la haine. Le feu n’éteint pas le feu. La violence et la haine que tu subis, que j’ai subi, n’est qu’un passage, une porte, une illusion derrière laquelle se cache l’Amour infini, l’Amour inconditionnel : « Père pardonne leur ils ne savent pas ce qu’ils font ». 

L’Amour libère, la haine enferme.

27 août 2018 Comprendre la peur 

Tu l’as déjà compris. Comme la souffrance, comme la douleur, elle est une porte. Elle n’est qu’une illusion qui cache une leçon, que tu es en capacité d’apprendre.

Laisse-la elle aussi exister. Ne tourne pas les talons quand tu es à sa porte. Tiens-toi en elle. Sois à l’écoute de ce qu’elle a à te dire, alors elle te révèlera son secret.

Cela pourrait te paraître bien lourd. Et si au lieu de le regarder à la Lumière de ton sacrifice, tu l’envisageais sous celle de ta coupe remplie d’Amour ? Si le fait d’étancher ta soif à la Source d’Amour avant toute chose, transformait totalement ta façon de voir et de vivre ces choses ? Peut-être alors que pardonner deviendrait plus accessible que tu ne le crois.   

J’espère que tu trouveras dans ces mots des bouts de réponses pour adoucir ton coeur lorsqu’il est tourmenté de ne pouvoir s’ouvrir aussi grand qu’il pressent pouvoir le faire <3 

Affectueusement.

Béatrice

Renouer avec l’Invisible en Toi ?

Recevoir un message personnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *